Article sur Fleurier dans le New York Times International

Le Fleurier horloger à l'honneur du New York Times

Dans son édition du 18 novembre 2016, le New York Times International consacre un bel article à Fleurier, qui "depuis des siècles fait des montres des œuvres d'art".

"Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi certaines marques horlogères ont le mot "Fleurier" attaché à leurs noms?", s'interroge la journaliste Kathleen Beckett, qui retrace brièvement l'histoire de ce village où "les paysans passaient les mois d'hiver à faire des montres". Remontant au glorieux passé de Vaucher et Bovet, évoquant rapidement la crise des années 1970, le journal américain fait ensuite la part belle aux marques d'aujourd'hui, à commencer par celle fondée par Michel Parmigiani, qui en 1996 "vint à la rescousse" du village. La "renaissance" de Fleurier était en marche, mouvement auquel contribuèrent également des marques telles que Chopard et Bovet, qui se concrétisa par le lancement en 2004 du label Qualité Fleurier, summum de l'excellence horlogère. Joliment illustré, l'article témoigne aussi du travail minutieux des artisans horlogers, lesquels font revivre aujourd'hui à Fleurier les techniques de la gravure et de l'émaillage, "entièrement à la main". Visiblement conquise, la journaliste conclut son article en adressant un petit clin d'œil à quelques-unes des enseignes du village, vantant les charmes du "small is beautiful".

Lire l'article du New York Times