À la bibliothèque

Histoire de la Pendulerie Neuchâteloise

Il y a cent ans paraissait cet ouvrage monumental, écrit par Alfred Chapuis. Afin de marquer l’événement, le Musée international d’horlogerie, à La Chaux-de-Fonds, en collaboration avec le Musée d’horlogerie du Locle - Château des Monts, présenteront en leurs murs, du 7 mai au 8 octobre 2017, une exposition consacrée aux pendules neuchâteloises.

Traitant de l’horlogerie de gros volume (horloges d’édifices, de clochers, etc.) et de moyen volume (horloges, régulateurs, pendules, pendulettes, etc.) sur plus de deux siècles, cet ouvrage est le premier publié par Alfred Chapuis (1880-1958), historien de l’horlogerie, né à Neuchâtel mais dont l’enfance se déroula à Fleurier. S’articulant en dix-huit chapitres, cette gigantesque étude constitue une somme inégalée sur les pendules neuchâteloises : origines, production au sein des différentes régions (dont le Val-de-Travers) et villes du Pays de Neuchâtel, transmission du savoir-faire, mœurs, artisanat et industrie ; cabinets, cadrans et aiguilles, mécanismes de tous types ; pièces d’exception, pendules à musique, horloges diverses, outillage, etc., sans oublier commerce et renouveau de la branche. Le livre s’achève avec un index des penduliers - et autres artisans concourant à la réalisation des pendules - qui contient de précieux éléments biographiques.

Près de trente publications et d’innombrables articles suivront ce titre, avec pour sujets l’horlogerie, les montres, les automates, les boîtes à musique, la musique mécanique, etc. En 1931, Alfred Chapuis publiera un second volume sur la pendulerie neuchâteloise : Pendules Neuchâteloises, Documents nouveaux (Maurice Reymond & ses Fils, Neuchâtel). L’historien recevra en 1938 le titre de docteur honoris causa de l’Université de Neuchâtel.

Par Ariane Maradan