Bien plus que des cadrans

Dialtech se développe à Saint-Sulpice

Dialtech est une toute jeune entreprise de Saint-Sulpice qui grandit rapidement. Elle fabrique essentiellement des cadrans mais étoffe son offre pour répondre aux besoins de ses clients.

La peinture est encore fraîche à certains endroits des locaux de la zone industrielle de Saint-Sulpice. Le Vallonnier Vital Morel, qui a déjà un atelier de décalque à La Chaux-de-Fonds, a créé Dialtech pour faire face à une réalité : les fournitures horlogères sont difficiles à trouver. Il a donc décidé d’en fabriquer pour répondre aux demandes de ses clients, parmi lesquels figurent de grandes marques comme Hublot et Maurice Lacroix. La principale activité, c’est la fabrication de cadrans, qui exige de nombreuses étapes. Mais l’entreprise, dans un objectif de polyvalence, réalise aussi des aiguilles et s’équipe en machines à commandes numériques pour usiner de multiples pièces.

A la tête de Dialtech, un directeur atypique qui forme lui-même les employés. « Ici, les collaborateurs sont aptes à occuper plusieurs postes. C’est plus enrichissant pour eux, c’est mieux pour la diversité du travail et ça permet à la société d’être plus efficace lors de pics de fabrication ». C’est aussi José Luis Arbona qui a insisté pour que Dialtech s’installe au Val-de-Travers. « Ici, les gens sont fidèles, fiers de ce qu’ils font et s’impliquent beaucoup pour la bonne marche de l’entreprise ».

Par Marylise Saillard