Ferdinand Berthoud

Un destin d’absolue exception à l’image de ses créations

Reçu maître horloger à Paris en 1753, portant le titre d’« Horloger Mécanicien du Roi et de la Marine » sous les règnes de Louis XV et Louis XVI, membre de l’Institut national, le Vallonnier fut également nommé Chevalier de la Légion d’honneur sous Napoléon.

Né le 18 mars 1727 dans le hameau de Plancemont, Ferdinand Berthoud effectue son apprentissage d’horloger-pendulier auprès de son frère aîné Jean-Henry. À l’âge de dix-huit ans il part se perfectionner à Paris. Extrêmement brillant, il soumet en 1752 au jugement de l’Académie Royale des Sciences une pendule à équation et deux ans plus tard un projet d’horloge marine. En 1759 paraît son premier ouvrage, L’Art de conduire et de régler les pendules et les montres, suivi de multiples écrits, traités et mémoires. Il collabore parallèlement à la rédaction de L’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert.

Esprit visionnaire, Berthoud se consacre principalement aux recherches sur les horloges marines et à leur réalisation. Dès 1763 il se rend à Londres dans le cadre du vaste débat sur la détermination des longitudes. La production de son important atelier, dirigé successivement par ses neveux Henri et Louis, comprend, entre autres, horloges marines et montres à longitude ; chronomètres de poche et montres ; horloges, régulateurs et pendules ; instruments de mesure et de navigation ainsi que machines et outils.

Reconnu par ses pairs, actif jusqu’à ses derniers jours, l’éminent horloger, demeuré sans descendance malgré deux mariages mais ayant formé plusieurs élèves dont son neveu et successeur Louis, s’éteint le 20 juin 1807 dans sa propriété de campagne à Groslay (actuel Val d’Oise).

Passionné par Ferdinand Berthoud, son histoire et son oeuvre, Karl-Friedrich Scheufele, co-président de Chopard, a annoncé en décembre 2013 son souhait de lancer une nouvelle marque nommée « Ferdinand Berthoud », en hommage au grand maître horloger.

Sources Sous la direction de Catherine Cardinal - Ferdinand Berthoud, 1727-1807 : Horloger Mécanicien du Roi et de la Marine - Musée international d’horlogerie, La Chauxde-Fonds, 1984.

Par Ariane Maradan