La passion retrouvée

Christophe Beuchat a choisi de devenir son propre patron

Après 18 ans passés comme salarié dans l’horlogerie, Christophe Beuchat a décidé de se lancer comme indépendant. A Saint-Sulpice, il crée surtout des mouvements et des cadrans.

Christophe Beuchat compare souvent son travail à celui d’un architecte. Les clients arrivent avec une idée et un cahier des charges à respecter. A lui, ensuite, de laisser parler son talent pour finaliser un projet. Mais il n’est pas designer, son domaine c’est la recherche et le développement dans la création de mouvements, modules et cadrans.

Ce Jurassien a passé toute sa vie professionnelle au Val-de-Travers. Il a fait ses gammes chez Parmigiani, entreprise qu’il compte désormais parmi ses clients. «J’avais envie de revenir aux fondamentaux et de retrouver la passion. Devenir indépendant, c’est une histoire de couple. La décision s’est prise avec mon épouse, qui est d’ailleurs horlogère-rhabilleur ».

Christophe Beuchat avoue que les débuts n’ont pas été faciles. Mais les efforts payent. Dans ses locaux de Saint-Sulpice naissent des idées pour des clients établis en Suisse, qui sont pour l’instant une dizaine. Il est particulièrement fier d’avoir conçu le premier mouvement-école du WOSTEP, institution de formation et de perfectionnement en horlogerie basée à Neuchâtel. Et d’autres pistes se dessinent pour lui. En collaboration avec Le Temps Manufactures à Fleurier, il travaille à un mouvement qui suscite déjà de l’intérêt…

Par Marylise Saillard