Les pendules,  une tradition de famille

Il a enseigné, fait de la sous-traitance et réparé des montres. Mais ce que Jean-Marc Matthey préfère, ce sont les pendules, dont il continue de s’occuper alors qu’il a pris sa retraite.

Son grand-père était horloger aux Verrières et son père est parti travailler à Bienne après avoir fréquenté l’École d’horlogerie du Locle. Jean-Marc Matthey a naturellement pris le même chemin. Il se met à son compte en 1973 en ouvrant son atelier à Évilard où il se spécialise dans la pendulerie, incarnant la cinquième génération de penduliers de sa famille. Il donne aussi des cours à l’École d’horlogerie de Bienne, d’abord une heure par semaine, puis à 50 % et enfin à temps plein. Devenu directeur, il s’occupe des élèves de quatrième année, celle où il est le plus question de pendules.

« Je suis parti à la retraite il y a cinq ans mais je ne pourrais pas rester inactif. J’ai gardé mon atelier et je me concentre sur les pendules. Mes deux satisfactions : mon travail et la réaction d’un client quand il retrouve son bien restauré. J’ai déjà vu une dame pleurer ! ». Jean-Marc Matthey prend tout de même le temps de vivre, en particulier dans sa maison de famille aux Verrières, où il peut s’occuper de ses abeilles. Encore un hobby transmis par son père et son grand-père…

Par Marylise Saillard