Régleuse,  un métier revalorisé

Nicole Bonny

Nicole Bonny est régleuse chez Vaucher Manufacture à Fleurier. à l’établi, son travail consiste à façonner les spiraux et à les accoupler au balancier. Cet ensemble peut alors osciller, donner vie à la montre et faire tourner les aiguilles à la bonne vitesse.

Toujours très enthousiasmée par son travail à l’établi, Nicole Bonny s’assure par de petits gestes très mesurés que le spiral, virolé à l’axe de balancier, reste plat et rond. C’est à dire qu’il garantit une bonne précision de marche à la montre.

Avec les outils qui la suivent depuis le début de son apprentissage, très soigneusment, elle monte parfois des courbes Breguet sur les spiraux, l’une des plus délicates opérations.

Il n’y a pas de truc, d’astuce. Seulement une concentration, une analyse de chaque spiral car chaque mouvement de sa main lui donne une histoire unique, une particularité propre. C’est là la grande diversité du réglage. Alors pas moyen de penser au repas de midi ni au programme télé de la soirée quand on est à l’établi. Et cette concentration doit durer toute la journée.

Peu après son apprentissage, les machines Greiner ont simplifié le travail. Ensuite, la crise horlogère a éloigné Nicole Bonny de son métier. Ce n’est qu’après 16 ans qu’elle est revenue, avec plaisir, à l’établi pour travailler sur les spiraux selon des techniques classiques qui demandent de grandes qualités professionnelles.

Bientôt retraitée, elle vient d’aider une jeune femme à bien comprendre le métier. Elle est très heureuse que la formation de régleuse existe de nouveau et que la relève s’annonce.

Avec sa petite-fille, horlogère, elle continuera encore bien longtemps à aller voir des montres dans les salons horlogers, tout heureuses de découvrir ensemble ces merveilleuses mécaniques animées par un balancier et un spiral.

Par Benoît Conrath