Urbanisme horloger

Au tournant du XXe siècle, avec le début de l’industrialisation horlogère, des fabriques s’installent dans nos villages.

Plusieurs bâtiments regroupent tout à la fois logement, bureaux et ateliers.

La partie habitation, avec ses grandes pièces, ses baies vitrées et souvent des tourelles et des pierres apparentes, souligne l’importance de l’édifice. Celui qui y logeait, à la fois propriétaire et directeur, était à pied d’oeuvre pour rejoindre les bureaux et veiller au bon fonctionnement de ses affaires, comme pour tenter de mieux discipliner ses employés. Venant de quitter leurs ateliers familiaux, les horlogers peinaient à entrer dans une structure avec des horaires et des contraintes.

Les règlements des usines de cette époque, très stricts, ne leur permettaient plus le libre arbitre qu’ils avaient longtemps pratiqué.

Au-dessus de la gare de Travers, l’immeuble qui abritait la fabrique de pierres fines Krügel est l’un des plus typiques de cette période.

Par Benoît Conrath