Urbanisme horloger

La Loge maçonnique Égalité, à l’Orient de Fleurier

Située dans un parc arboré à l’abri des regards, la bâtisse du n° 17 de la Place d’Armes apparaît telle une maison de maître. Sa destination nous est délivrée par l’ornement de son fronton : l’équerre et le compas, symboles de base de la franc-maçonnerie et instruments communs au maçon et à l’horloger.

La première loge maçonnique établie en Pays de Neuchâtel le fut, en 1743, sous la protection du roi de Prusse et prince de Neuchâtel Frédéric II, Grand Maître de la Loge de Berlin et initiateur en cette ville d’une Fabrique royale d’horlogerie. Suivit la fondation des loges Les Vrais Frères Unis (Le Locle, 1774), La Bonne Harmonie (Neuchâtel, 1791) et L’Amitié (La Chaux-de-Fonds, 1819).

La quatrième loge - ou atelier - est créée au Val-de-Travers le 23 septembre 1852 et prend pour nom Égalité. Ses membres se réunissent dans un premier temps à Môtiers, au sein de l’ancien Prieuré Saint-Pierre, puis, ayant tenté en vain de l’acquérir, décident de se transférer à Fleurier et d’y édifier leur bâtisse.

Parmi les différents projets de construction (dont les précieux plans aquarellés sont conservés dans les archives de la Loge), c’est celui d’Auguste Boutellier, architecte français résidant à Fleurier, qui est retenu par les Frères du Vallon. Inauguré le 1er juillet 1877, ce bâtiment de style néoclassique comporte une aile qui s’achève en abside et recèle le temple.

En toute discrétion, Apprentis, Compagnons, Maîtres et Vénérable s’y retrouvent pour leurs tenues. Les travaux en loge s’effectuent symboliquement de midi à minuit, A.L.G.D.G.A.D.L.U., les Maçons évoluant dans une spatialité et une temporalité qui leur sont propres.

Le Temps… phénomène empli de mystère mais face auquel les hommes demeurent sur un pied d’Égalité. Sa mesure a inspiré la création de montres singulières, aux cadrans, aiguilles, boîtiers ou mouvements ornés de symboles maçonniques, dont seuls les initiés connaissent la pleine signification.

Sources: Revue Art + Architecture en Suisse « Architectures cryptiques : Loges maçonniques de Suisse ». Société d’histoire de l’art en Suisse, 2011, N° 3

Par Ariane Maradan