Utilisée pendant près de trois siècles

Une machine à tailler

Le Musée régional du Val-de-Travers a reçu dans l’atelier du père Bernet cette machine à tailler datant du début du 18e siècle.

Albert Bernet, notre dernier paysan-horloger, apparaît dans un film de 1963 (Henry Brandt, Les Hommes de la montre) taillant une roue sur cet outil.

Cette machine très soignée, avec ses écrous et contre-écrous à facettes, était d’un prix important et devait donc rester en bon état. Signée « MF ROBERT», elle se compose d’un plateau diviseur, d’un axe solidaire de ce plateau où sera fixée la roue à tailler. Elle comporte aussi un porte-fraise qui, entraîné par une manivelle, descendra par une vis de butée en contact avec la future roue. Pour finir, un bras terminé par une vis pointeau permettra de bloquer le plateau et donc de matérialiser les divisions voulues. Le plateau porte donc des divisions très précises, fractionnables. Par exemple, pour une roue de 72 dents, il s’agira de choisir la hauteur de 144 trous et d’en sauter un sur deux.

Reste à l’horloger de choisir la fraise ad hoc, de repérer sur le disque la bonne hauteur de division et d’en respecter soigneusement les espaces. Souvent, en commençant son travail, il va tailler trois ou quatre dents d’un côté puis trois ou quatre dents en face et va vérifier au pied à coulisse le diamètre total de la roue. Si nécessaire, il pourra alors avancer le porte-fraise vers l’axe pour diminuer le diamètre de la roue. Une fois taillée, la pièce sera ensuite croisée puis rivée au pignon avant de prendre place dans le train de rouage de la pendule.

Par Benoît Conrath